Comment respecter l'environnement avec le chauffage au bois ?

Dans l'imaginaire collectif, le poêle à bûches et le feu de cheminée sont des moyens traditionnels et écologiques de se chauffer, puisqu'il s'agit exclusivement d'éléments naturels, et que l'humanité y a recours depuis des siècles. Dans l'absolu, ce n'est pas faux : le CO² rejeté par une bûche ou par une branche lors de sa combustion est celui qui a été accumulé par l'arbre dont il provient au fil de sa vie, ce qui, en théorie, ne devrait pas augmenter la pollution dans l'atmosphère. Sauf que d'autres paramètres sont à prendre en compte dans ce phénomène, comme la qualité des matières premières ou du poêle. Et pour que ce type de chauffage soit réellement écologique, il faut que les 6 millions de Français qui l'utilisent régulièrement apprennent quelques gestes simples.

Investir dans un appareil performant

La première chose à savoir, c'est qu'il faut toujours privilégier un appareil avec un bon rendement, qui optimise la combustion et vous procure le maximum de chaleur avec le minimum de ressources et d'énergie. La plupart des vieilles chaudières ou des cheminées mal entretenues ne consumeront pas correctement ou intégralement les combustibles, ce qui aura tendance à augmenter leur capacité à polluer. Il est ainsi recommandé d'investir plutôt dans un dispositif de chauffage à foyer fermé, comme un poêle ou un insert. Ils disposent en effet de capacités de combustion plus poussées et plus complètes, et ne rejettent pas directement les déchets dans l'air ambiant.

Les foyers ouverts de certaines vieilles cheminées, par exemple, entravent le bon déroulé du processus de combustion, ne diffusent la chaleur que de manière partielle et, surtout, dégagent une importante pollution au CO² directement dans l'atmosphère. Afin de contrôler la performance écologique de votre appareil, vérifiez qu'il possède bien le label Flamme Verte, le label de qualité délivré par l'Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie.

Mais votre appareil de chauffage devra aussi correspondre à vos besoins : il n'est jamais bon d'avoir une chaudière ultra performante qui tourne au ralenti, ou un petit poêle d'appoint poussé quotidiennement à fond. Pour vous assurer du respect de tous ces paramètres et du bon fonctionnement de votre système de chauffage, choisissez de faire installer votre nouvel appareil par un professionnel compétent. Ceux qui sont agréés "Qualibois", par exemple, sont réputés pour leurs considérations respectueuses de l'environnement.

Bien choisir son bois de chauffage

Le type de l'arbre dont on utilise les ressources pour se chauffer au bois est un facteur primordial à prendre en compte dès le moment de l'achat. Les arbres feuillus, comme les chênes par exemple, offrent un chauffage optimal en comparaison avec les résineux, comme les pins. Ces derniers, qui ne sont pas très denses et dont les résines augmentent le taux d'humidité, brûlent plus difficilement et encrasseront le mécanisme de votre appareil de chauffage beaucoup plus rapidement que les espèces de feuillus. Les planches des palettes sont généralement à proscrire car elles augmentent la pollution atmosphérique, tous comme les bois qui ne sont pas propres (ceux qui ont été peints ou utilisés pour du mobilier ont été traités avec des produits chimiques qu'ils libéreront pendant la combustion).

Même avec des bûches de feuillus, vous devez toujours veiller à ce que leur taux d'humidité ne dépasse jamais les 20 à 25%. Ces informations sont faciles à obtenir auprès des fournisseurs de matières premières. Vous pouvez aussi faire baisser le taux d'humidité en stockant vos bûches plusieurs semaines dans un endroit sec avant de les utiliser. Si vous observez une fumée blanchâtre s'échapper du foyer, c'est qu'elle contient une trop grande quantité de vapeur d'eau, et donc que les bûches étaient trop humides.

Pour éviter les pollutions générées par les sociétés de transport, essayez d'acheter des ressources provenant de forêts situées pas trop loin de chez vous. Les circuits courts et locaux sont essentiels pour le développement durable. Enfin, sachez qu'il existe un combustible très écologique qui est en pleine essor depuis quelques années : c'est les pellets/granulés. Avec 5 à 10% d'humidité seulement, il offre une combustion quasi totale et ne rejette presque aucun déchet polluant. Mais les pellets/granulés nécessite l'achat d'une chaudière spécialisée pour pouvoir être utilisé.

Pour vous aider à choisir votre chaudière bois, les experts Europe Sanitaire Chauffage ont comparé différents modèles.

Entretenir son appareil de chauffage régulièrement

Dans tous les cas, il est très important de faire contrôler régulièrement son appareil de chauffage par un professionnel. En plus d'augmenter la quantité de ses émanations polluantes, l'obsolescence d'une chaudière peut aussi mettre en danger les habitants de votre logement. Si vous disposez d'une cheminée, n'hésitez pas à la faire gainer et ramoner une à deux fois par an. La maintenance technique de tout type d'appareil doit être confiée à un spécialiste équipé et expérimenté.

Mais au quotidien, vous pouvez aussi, grâce à des petits gestes, contribuer à l'entretien de votre appareil. Contrôlez régulièrement l'état de vos braises : si elles sont trop solides, c'est qu'il y a un problème de combustion. De même, si votre vitre a tendance à s'encrasser très vite, cela signifie que la quantité de carbone dégagée est peut-être trop importante. Ne mettez pas trop de bûches dans le foyer, et contrôlez que la flamme du foyer est de couleur sombre, synonyme d'une combustion saine et de bonne qualité.

Nos chaudières bois bûches


Chaudières Bois

Poeles à bois

Chaudières Bois Granulés

Newsletter Chauffage