Comment bien choisir son sèche-serviettes ?

Installer un sèche-serviettes est un choix pertinent pour profiter d’un confort optimal dans une salle de bain. Or, sans connaissances spécifiques, la sélection de ce type d’équipements peut être une étape complexe. Comment définir les différents modèles disponibles ? Quelles sont les phases essentielles liées à l’installation et l’entretien ? Ce résumé répondra clairement à ces interrogatives.

Le sèche-serviettes et son fonctionnement

Esthétiquement séduisant et très pratique, un sèche-serviettes permet évidemment de sécher les serviettes, mais également de chauffer une salle de bain en remplaçant les systèmes traditionnels. Celui-ci est constitué de tubes transversaux (rond ou plats suivant le modèle installé) idéals pour pendre un drap de bain, par exemple. Ainsi, les risques d’incendie provoqués par un chauffage classique lors du séchage d’un linge sont ici inexistants.

Généralement, ce type de solution est équipé d’un thermostat afin de réguler la température, mais également d’une minuterie pour éteindre automatiquement le système.

Des modèles adaptés en fonction des besoins

Outre le facteur esthétique, le choix d’un sèche-serviettes doit être réalisé en fonction de différents modèles.

Les équipements à inertie fluide

Ce type d’équipements utilise la chaleur produite par le réchauffement d’un fluide caloporteur. Ce procédé est assuré grâce à une résistance. En toute logique, ces systèmes sont entièrement électriques.

Le principal avantage d’un sèche-serviettes à inertie fluide concerne la chaleur obtenue. Le réchauffement de la pièce est progressif et maîtrisé. En revanche, quelques instants supplémentaires sont nécessaires pour obtenir une température optimale.

Les systèmes munis d’une soufflerie

Un sèche-serviettes soufflant offre une diffusion optimale de la chaleur électriquement générée. Une nouvelle fois, celle-ci est obtenue grâce à une résistance.

Sans surprise, l’atout de ces équipements concerne la montée en température rapide. Ceux-ci sont particulièrement conseillés pour les possesseurs de grandes salles de bain. Les utilisateurs pressés seront également ravis par son fonctionnement. Toutefois, une soufflerie évoquera inévitablement une légère nuisance sonore.

Le sèche-serviettes à eau chaude

Comparé aux installations à inertie fluide, un sèche-serviettes « à eau chaude » nécessite un raccordement direct avec le chauffage central d’un habitat. Une chaudière assurera donc son fonctionnement.

L’avantage de ces solutions est avant tout économique. Effectivement, ce type d’alimentation est moins coûteux qu’une énergie électrique. La montée en température peut donc être entièrement automatique. Cependant, l’installation d’un tel système nécessite l’intervention d’un professionnel. Par ailleurs, son utilisation peut être problématique en dehors des périodes hivernales.

Les installations dites « mixtes »

Un sèche-serviettes mixte est basé sur un principe de fonctionnement pertinent. En effet, cet équipement intègre une résistance électrique ainsi qu’un raccordement permettant une alimentation via la chaudière de l’habitat. Ainsi, peu importe la saison ou les conditions climatiques extérieures, le confort offert par ces solutions sanitaires pourra être optimal.

Les systèmes pivotants

Enfin, les systèmes dits « pivotants » utilisent le même principe de fonctionnement qu’un sèche-serviettes rayonnant ou mixte. Leur caractéristique unique est de pouvoir se mouvoir par asymétrie ou via une rotation à 180 °C. La diffusion rapide de la chaleur est un véritable atout de ces solutions. Néanmoins, les tarifs appliqués imposent un certain budget.

Choisir un équipement en fonction de sa puissance

La puissance d’un sèche-serviettes est également un facteur primordial. En négligeant ce paramètre, un appareil récemment installé peut rapidement décevoir ses utilisateurs.

Quelle température pour une salle de bain ?

Contrairement aux autres pièces d’un habitat, une salle de bain nécessite une température supérieure. Qu’il soit de changements de vêtements ou encore de sorties de bain ou de douche, les 19 °C préconisés par le Code de la Construction et de l’Habitat seront insuffisants. D'après la majorité des professionnels du domaine sanitaire, 23 °C sont recommandés.

Comment être sûr d’obtenir de telles conditions grâce à sèche-serviettes ? Pour répondre à cette question, il est essentiel de déterminer sa puissance en fonction de la superficie de votre pièce.

Comment calculer la puissance de votre équipement ?

Pour assurer la satisfaction des foyers, les constructeurs proposent plusieurs équipements caractérisés par leur puissance pour un même modèle. Comme l’ensemble des appareils électriques, celle-ci est définie en watts. Très souvent, votre système de chauffage sera disponible sous 500 watts, 750 watts, 1 000 watts ou plus ...

La puissance nécessaire à votre installation dépendra de la température souhaitée, la surface totale de la pièce, la hauteur sous plafond, le nombre de parois extérieures ainsi que la présence de vitrages et l’isolation. Pour faciliter ce calcul, Europe Sanitaire Chauffage propose cet outil gratuit et pratique. Bien évidemment, suivant vos besoins, il est également possible d’additionner plusieurs équipements dans votre salle de bain.

Comment installer et entretenir un sèche-serviettes ?

L’installation

L’installation d’un sèche-serviettes doit avant tout respecter certaines normes de sécurité. Pour cela, l’emplacement de l’appareil sera défini en fonction de 2 classes distinctes.

Les chauffages de première classe sont raccordés sur un circuit à 3 conducteurs. Ceux-ci imposent une sécurité maximale ; leur emplacement doit être situé à plus de 60 cm des arrivées d’eau (baignoire, douche...).

Les équipements de seconde classe peuvent être situés à proximité des arrivées d’eau (avec une distance de 0 à 60 cm).

Un sèche-serviettes électrique sera rapidement installé sans difficulté. Néanmoins, les systèmes à eau chaude nécessiteront l’intervention d’un professionnel pour assurer le raccordement avec une chaudière.

L’entretien

Les systèmes électriques pourront être entretenus avec une simple éponge humide (pensez à éteindre l’appareil avant de procéder au nettoyage).

Un sèche-serviettes à eau chaude, quant à lui, imposera une purge périodique. Le dévissage d’une buse permettra cette évacuation. Suite à cela, resserrez cette pièce métallique et rétablissez la pression de la chaudière jusqu'à atteindre 1 bar.

Pour conclure

Le choix d’un sèche-serviettes doit être réalisé en fonction du système employé et sa puissance. En étudiant ces critères, votre choix sera naturellement orienté vers la solution la plus adaptée à vos besoins.


Radiateurs