Quelles sont les spécificités d'un logement pour handicape pmr ?

Aménager un logement pour les personnes à mobilité réduite (PMR) ne se fait pas de la même manière que pour une personne valide. Il y a en effet quelques spécificités à respecter comme les normes du logement accessible PMR et plus largement des bonnes pratiques. Pour information, l'adaptation d'une maison pour y accueillir des personnes en fauteuil roulant peut être financée par des organisations comme l'ANAH.

senior joie de vivre

Un logement accessible : qu'en dit la loi ?

Les normes du logement accessible sont notées dans le décret n° 2006-5556 du 17 mai 2006. Cette loi insiste notamment sur la libre circulation et utilisation de chaque espace par les personnes à mobilité réduite. Cela vaut désormais aussi bien pour les bâtiments collectifs que pour les maisons privées vouées à accueillir des personnes à mobilité réduite.

L'arrêté du 1er août 2006 présente ainsi les dimensions à respecter pour qu'un logement puisse accueillir une PMR. Par ailleurs, le décret et l'arrêté du 24 décembre 2015 simplifient les normes d'accessibilité. La réglementation exige entre autres :

  • L'accès aux extérieurs avec une largeur minimum du cheminement à 1,20 mètre avec présence de paliers de repos horizontaux en cas de pentes.
  • Des dimensions minimales pour les couloirs soit 1,20 mètre en général avec des tolérances par endroit.
  • La circulation à l'intérieur du logement avec un sol anti-dérapant et rampe d'appui.
  • L'accès aux pièces sanitaires avec des équipements accessibles en position debout et assise.
  • Présence d'espaces de manoeuvre de 1,50 mètre de diamètre.

Une surface suffisante pour le fauteuil roulant

Bien évidemment, il faudra prévoir des espaces suffisants pour l'utilisation et la circulation des fauteuils roulant. Cela vaut dans les chambres et les différentes pièces de la maison, mais également pour les couloirs. En moyenne, le fauteuil roulant fera dans les 54 cm de largeur pour 88 cm de hauteur totale. Notez toutefois que tout dépend des spécificités du modèle et du cas du patient. Le but est d'assurer une certaine autonomie et intimité – mais surtout une sécurité irréprochable - aux personnes en fauteuil roulant. C'est pour cela que la norme des couloirs d'une largeur de 120 cm a été mise en place avec quand même quelques tolérances avec des rétrécissements possibles.

Troquer les marches contre des rampes

Bien évidemment, les marches ne seront pas les bienvenues. Plus pratique pour les fauteuils, il convient d'installer une rampe pour effacer l'obstacle de quelques marches. Vous avez notamment le choix entre un accessoire en bois et en métal. Les rampes sont disponibles sur les sites e-commerces dédiées pour ceux qui n'ont pas la possibilité d'en fabriquer.

Pour éviter justement de devoir lisser l'ensemble des marches de la maison au béton, installer les rampes pour cacher chacune d'entre elles est de mise en cas de travaux de rénovation. C'est sûr, pratique et cette astuce coûtera moins chère. Il faut juste veiller à ce que la rampe soit bien fixée pour ne pas mettre en danger les utilisateurs.

En d'autres termes, le choix des rampes doit se faire selon des normes et des indications très strictes. À savoir, la rampe doit supporter au moins une masse de 300 kg. Elle doit être non glissantes et contrastées afin d'offrir le confort adéquat aux PMR.

Les principes de construction d'un logement pour handicapé

Pour la construction d'un nouveau logement pour handicapé, outre le respect des normes de construction d'une maison saine et habitable, il faut respecter d'autres spécificités. Notamment, ledit décret insiste sur l'importance d'une maison de plain-pied afin de garantir la sécurité et le confort des utilisateurs. Cela vaut également pour l'aménagement de l'extérieur du bâtiment afin d'en faciliter l'accès.

Tous les éléments de la maison devront être à portée de main. Cela vaut pour les placards de rangement, mais également pour la douche et les toilettes. Une attention particulière doit être menée dans les pièces d'eau et la cuisine doit être adaptée avec notamment un plan de travail plus bas et l'absence de placards en hauteur.

Outre les normes de construction, vous devez également prendre en compte l'aménagement de l'espace. Entre autres, il faudra laisser assez de place au fauteuil pour qu'il circule sans difficulté. Il faut ainsi mettre les gros meubles dans les coins et éviter les meubles inutiles dans les couloirs ou le hall d'entrée.

Que faire pour les résidences à étage ?

élévateur pmr

Dans l'idéal, les personnes à mobilité réduite vivent sur un seul étage. Mais cela n'empêche pas qu'il est possible de garder une propriété avec étages et de faire quelques adaptations afin que l'espace de vie pour ces individus soit uniquement de plain-pied.

L'autre solution dans une maison à étage est d'opter pour l'installation d'un ascenseur privé ou d'un élévateur pmr. C'est le genre de travaux qui peut être subventionné par certains organismes comme l'ANAH. L'idéal serait toutefois d'aménager le rez-de-chaussée pour éviter tout risque d'accident. En effet, la création d'un espace de nuit et d'un point d'eau avec WC au rez-de-chaussée fait partie des travaux éligibles aux aides octroyées par l'ANAH.